INTERVIEW SHAI MAESTRO

INTERVIEW SHAI MAESTRO

En concert le samedi 24 février 2018 à 20h30 au Forum Nice Nord dans le cadre des Nice Jazz Festival Sessions

Comment s’est passé votre dernier passage au Nice Jazz Festival ?

C’était vraiment spécial ! J’ai une relation particulière avec Nice, car j’ai joué là-bas pour la première fois avec Avishai Cohen il y a presque 10 ans et j’ai continué d’y revenir régulièrement. J’apprécie le public niçois, car il est particulièrement aimant. Les gens sont affamés et curieux de musique. Ils nous permettent d’aller encore plus loin.

Quelle est la force principale de votre trio ?

Nous essayons de nous abandonner à la musique et de la laisser nous guider. Chaque soirée est différente et unique car la musique que nous offrons n’aura jamais été jouée avant et ne le sera plus jamais de la même façon par la suite. C’est la magie de notre trio.

Pourquoi avoir intitulé votre dernier album « The stone skipper » ?

« Stone Skipping » était une action méditative pour moi lorsque j’étais enfant. Je m’asseyais à côté d’une source d’eau et je faisais des ricochets avec des pierres. Les cercles qu’elles créaient à la surface de l’eau m’apprenaient quelque chose à propos de la vie. Une pierre est supposée couler à cause de la gravité mais lorsqu’on l’envoie sur l’eau elle se transcende elle-même et ricoche sur une longue dis- tance jusqu’à ce qu’elle lâche prise et coule. J’aime cette idée et je pense que ça représente la capacité de l’être humain à transcender sa propre réalité et accomplir de grandes choses.

Vous avez également intégré des voix, pourquoi ?

La voix humaine est l’ins- trument qui nous est le plus directement accessible. J’ai toujours écrit des mélodies que je chantais en les superposant au piano mais sur scène nous les avons toujours interprétées de façon instrumentale. Dans cet album je voulais laisser les chansons raisonner exac- tement de la façon dont je les avais écrites. Fragiles, directes, humaines.

Traditionnelle, électrique, moderne, quelles sont les couleurs de l’album ?

Ce sont toutes celles là et plus encore. Mais j’essaie de ne pas y penser. J’utilise uniquement des instruments, des outils dont je sais qu’ils serviront la musique. Le morceau tel qu’il existe est la chose la plus importante.

Quels sont vos projets à court et moyen termes ?

Je suis en train de travailler sur notre 5e album. Il sera enregistré en avril et j’espère qu’il sortira cet automne ! C’est très excitant et je suis complètement investi dans la création ces derniers jours.En dehors de cela, je fais beaucoup de concerts en piano solo, ce qui constitue pour moi un véritable défi. J’ai aussi un duo avec Chris Potter à New York et de nombreux autres projets.