Disparition de notre ami Guillaume Bertolino

Disparition de notre ami Guillaume Bertolino

Guillaume Bertolino était reporter de Nice Matin au Nice jazz Festival.

« Guillaume Bertolino. Service Reportage Nice Matin. Peintre des mœurs de son temps. Pelusa . Un style éthéré, qui repousse les limites du post-rock. », c’est ainsi que se résumait notre reporter favori sur sa bio Twitter.

Guillaume vient de nous quitter. Nous l’appelions par son prénom car il faisait partie à part entière de la famille du Nice Jazz Festival. Depuis toujours, chaque année, nous voyions Guillaume arpenter les allées du Nice Jazz Festival avec sa casquette vissée sur sa tête et ses sneakers aux pieds.

Il laissera un vide immense lors des prochaines éditions, c’est certain. Il ne sera plus la pour écrire ses papiers en live, debout dans la fosse devant les crashs barrières. Sa plume ne sera plus là pour témoigner du bonheur, des joies et des peines, des anecdotes et des inédits qu’il savait si bien raconter et qu’il partageait en totale immersion avec nous.

Guillaume a écrit quelques uns des plus beaux papiers du Nice Jazz Festival en retransmettant de la plus belle des manières les émotions offertes par les artistes et par le public.

La musique, il la connaissait bien, il aimait la vivre… désormais la musique a encore perdu un de ceux qui en parlait le mieux…

Le Nice Jazz Festival est très triste aujourd’hui.

Nos plus sincères condoléances à sa femme, son fils et ses proches de la part de toute l’équipe.