Interview Roberto Fonseca

Interview Roberto Fonseca

En concert au Nice Jazz Festival, lundi 17 juillet 2017 à 22h30, sur la scène du Théâtre de Verdure.

De retour au Nice Jazz Festival, quelles sont vos impressions sur la ville de Nice ?

Nice est une ville avec beaucoup d’énergie et de bonnes vibrations. J’ai hâte de me produire à nouveau ici et de voir les réactions du public sur mon nouvel album.

ABUC est un retour aux racines de la musique cubaine. Quelles sont les particularités de cette musique ?

C’est ma façon personnelle de faire partager la culture cubaine. Je suis heureux et me sens fi er d’être un musicien cubain. Avec ABUC nous avons essayé de présenter une partie de ce que peut être le son cubain et ses différents genres.

Vous avez déjà sorti huit albums, comment parvenez-vous à être aussi prolifi que ?

Je suis vraiment passionné par la musique et par la vie, ce qui fait que la moindre chose peut se transformer en un élément d’inspiration qui fera naître un nouveau morceau. Ce n’est pas diffi cile d’exprimer ses émotions à travers la musique et cela me donne la possibilité de créer. Dans un album, la partie la plus délicate est la sélection des chansons car beaucoup sont laissées de côté ; c’est quelque chose de diffi cile car je considère mes créations comme mes bébés.

Vos arrangements sont très riches. Comment écrivez-vous vos morceaux ?

Merci. Je suppose que c’est une combinaison de mes influences musicales et de mes inspirations.

Quel est le lien entre la musique cubaine et le jazz ?

Vous savez, c’est un lien très fort qui unit la musique cubaine et le jazz. Les musiciens de jazz ont beaucoup de respect pour les musiciens cubains et l’inverse est tout aussi vrai. D’ailleurs, c’est de cette façon que le latin jazz est né.

Que recherchez-vous dans vos collaborations avec les autres artistes ?

J’essaie sans cesse d’apprendre des autres cultures et de mes collaborations. C’est pourquoi ma musique reste fraîche et vivante.